You are here : accueil > Madeleine 2019 > Rétros Madeleine > Rétro Madeleine 2011 > Cartels 2011 > Corrida du 18 juillet 2011

Corrida du lundi 18 juillet 2011

­ ­­ ­ ­­ ­­ ­­

­ ­ ­ ­
Journée Ponce. Comme en 2009… ­ ­ ­

Un évènement dans la France taurine en 2011 ; la seule corrida de Samuel Flores tuée par l'incombustible maestro Enrique Ponce. Un cartel unique, pour se remémorer l'immense succès de l'édition 2009 d'une Madeleine ayant sacré définitivement le maestro de Chiva parmi ses triomphateurs majuscules (2009, toros de Samuel Flores, 3 oreilles et grande porte). Et en souvenir de cette journée, la réédition d'une journée entièrement bâtie autour d'E nrique PONCE qui, comme ganadero, présentera ses novillos le matin, avant de toréer l'après-midi une corrida de présentation exceptionnelle. Évènement unique au Plumaçon, et "­geste" important du Maestro Ponce.­
­ ­

­ L'avis de la commission taurine

Les toros de Samuel Flores occupent une place à part dans le paysage ganadero. Dépositaire d'un encaste disparu, Samuel Flores a su maintenir le sang Gamero Civico en élevant des toros d'une complexité incroyable, que bien peu de toreros sont finalement capables de déchiffrer. Ce qui fait souvent apparaître ces toros comme mauvais, alors qu'ils sont souvent "sous-toréés"­ et donc n'ont pas pu révéler leur potentiel. La présentation chez les samueles est une des marques de fabriques de l'élevage, avec du volume et du coffre, d'imposantes badanas et des pitones d'une longueur déconcertante. Ces magnifiques toros ne se livrent pas immédiatement, et nécessitent un décodage après le premier tercio que le Maestro Ponce est un des rares à professer magistralement. Le lot de Mont de Marsan, d'une présentation digne de Madrid, ravira les aficionados "toristas", friands de complexité et d'encastes hors des standards communs.


­
­ image : portrait Enrique PONCE

Enrique PONCE­

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2010
  • place : 5
  • nombre de corridas : 63
  • oreilles : 64­
  • queues : 6
­­
­
La confrontation de Ponce avec Juan Bautista (un des triomphateurs de Madrid 2010) est un moment attendu par l'aficion. Mais c'est le rendez-vous Ponce et Samuel qui sera le plus attendu. Car ces deux-là ont bâti une partie de l'histoire du toreo, avec des triomphes majuscules, dans des arènes de première catégorie avec Bilbao comme navire amiral. Une rencontre à Mont de Marsan, en sa 21ème année d'alternative montre que Ponce accepte encore et toujours de relever des défis ; un « geste », comme un cadeau envers une aficion montoise qui devient complice de cet immense maestro. La maturité de Ponce n'est plus à expliquer. 21 temporadas à la cime du toreo, toujours en "figura" pour celui qui aura hissé la technique et la classe à des niveaux insoupçonnés, faisant paraître toutes les faenas "faciles", au risque de ne plus laisser voir toutes les difficultés techniques en train d'être résolues par une des muletas les plus expertes de la toreria actuelle. Mais les vrais aficionados savent que derrière la "difficile facilité" de Ponce se cache l'un des plus importants Maestro de toute l'histoire de la tauromachie. Présent à Mont de Marsan, évidemment, car aucune grande féria ne peut se passer du Maestro.
­

image : portrait Juan BAUTISTA

Juan BAUTISTA­

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2010
  • place : 13
  • nombre de corridas : 40
  • oreilles : 69
  • queues : 5

L'Arlésien continue une carrière merveilleuse, triomphant avec régularité dans toutes les grandes arènes et face à tous les toros. Mont de Marsan l'avait vu avec les toros Santa colomeños de La Quinta en 2009. Il revient cette année avec les samueles, preuve que ce torero important (Grande Porte à Madrid 2010) est capable d'affronter tous les toros. Habitué du Plumaçon, il lui manque encore à Mont de Marsan un grand triomphe. La compétencia avec Enrique Ponce sera sans doute un élément fort pour que Juan Bautista montre à son tour sa conception classique de l'art taurin, alliée à ses talents de grand estoqueador. Figura française à l'affiche de la Madeleine, il démontre que la France taurine compte autant de réels talents que sa voisine espagnole à l'heure de composer les cartels des ferias de première catégorie.


image : portrait Alberto AGUILAR­­

Alberto AGUILAR

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2010
  • place : 39
  • nombre de corridas : 16
  • oreilles : 16
  • queues : 0

Jeune torero plein d'ambition, Aguilar est en train depuis plusieurs temporadas de se faire un nom dans le créneau des corridas dites "toristas". La fougue de la jeunesse est en train de laisser place un une tauromachie plus posée, mais toujours basée sur l'envie, le don total de soi et la générosité. Pour sa présentation en tant que matador de toros sur le sable du Plumaçon, Alberto Aguilar aura à cœur de démontrer que sa présence est pleinement justifiée, face à des toros de Samuel Flores qu'il découvrira pour la première fois. Mais ce spécialiste des Victorino Martin, Miura, Cebada Gago et autres Cuadri possède une carte de visite lui permettant de relever le défi.


­
  image : fer et devise élevage Samuel Flores­­­­­

Samuel Flores

Origine : Gamero Civico
Ancienneté : 22 avril 1928
Finca : "El Palomar" Povedilla (Albacete)

Temporada 2010 :
2 corridas
­1 oreille coupée­
­
­­­­

  • Samuel Flores
    lien vers description de l'élevage "Samuel Flores" sur www.terredetoros.com

 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus