Vous êtes ici : accueil > Tauromachies > UVTF

Union des Villes Taurines de France

­

­UVTF­


Présentation­

­
 L'Union des Villes Taurines de France (UVTF) a été créée en 1966 à Arles, c'est une association Loi 1901. Elle a pour but d'assurer la défense et la sauvegarde des courses de taureaux avec mise à mort et d'en pe­rmettre la célébration correcte, en conservant à ce spectacle son caractère de noblesse et d'équilibre et notamment en empêchant que des abus ne soient commis dans la présentation des taureaux de combat. ­ ­­ image : Logo UVTF­­
Elle est plus particulièrement chargée de veiller à l'application du règlement ta­urin municipal.

Modes d'organisation

L'association est composée de membres titulaires qui sont les maires des villes de France où sont organisées des courses de taureaux avec mise à ­mort. Elle est administrée par un conseil composé de quatorze membres élus pour trois ans par l'assemblée générale, et de conseillers techniques. ­


En savoir plus

­­ Site internet de l'UVTF­



Actus UVTF­


­ ­­­­­ Tauromachie­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­
  Soirée exceptionnelle à Mont de Marsan
  "23000 ans de combats entre l'homme et le toro"

­ ­
Le samedi 28 novembre à partir de 18h, le Théâtre et les Halles de Mont de Marsan feront revivre le combat entre le torero, véritable héros mythologique et le toro, animal sacré depuis toujours. L'occasion pour tous - aficionados et curieux, entre amis ou en famille, jeunes et toujours jeunes - de découvrir en avant-première le documentaire "tauromachies universelles" mis en œuvre conjointement par l'Observatoire National des Cultures Taurines ( ONCT ) et l'Union des Villes Taurines de France ( ­­UVTF ) et qui retrace l'histoire des Tauromachies.

Élaboré dans le cadre du Plan triennal de défense de la tauromachie, le documentaire écrit et réalisé par André Viard raconte l'histoire de la relation entre l'Homme et le Toro sur le pourtour méditerranéen depuis le premier témoignage graphique (Villars en Dordogne, -23 000 ans), jusqu'à aujourd'hui. Ce film d'animation est projeté en avant-première à Mont de Marsan, un des initiateurs du Plan triennal de la défense de la culture taurine porté par l' UVTF .

­ ­ ­­­­­­­­­
­­­
Parallèlement à la projection les spectateurs pourront visiter gratuitement l'exposition bilingue (Français/Espagnol) de 82 panneaux qui porte le même nom que le documentaire.
­ Dossier de présentation­ de l'exposition Tauromachies Universelles (pdf 585ko) ­
­
Ces deux supports sont d'une grande rigueur historique. Le récit des différentes tauromachies primitives est présenté de manière chronologique, tout en renvoyant en permanence vers leurs manifestations contemporaines.Ce double outil permet de prendre pleinement conscience des valeurs éthiques, esthétiques et écologiques de la culture taurine.

L'objectif de ce travail est de montrer que la culture taurine est la plus ancienne de toutes celles existant sur la planète. Ultimes dépositaires des cultures millénaires dont la tauromachie contemporaine est issue, toreros et aficionados sont les garants de leur pérennité.

­

Programme du 28 novembre 2015

­- Visite libre de l'exposition aux Halles à partir de 16h
- 18h : présentation et introduction de la soirée par la Ville de Mont de Marsan, l' UVTF­ et l' ONCT­
- 18h : projection du documentaire de 70 mn au Théâtre
Entrée gratuite sur inscription auprès de la Régie des Fêtes de Mont de Marsan au 05 58 75 39 08 ou par mail regiedesfetes@montdemarsan.fr­­
­
­­[­­23/11/15]­­­


­­­­­­­­­­Mundill­o ­­
   Communiqué UVTF-ONCT

­ ­ ­
Afin de garantir la liberté d'expression des Aficionados, l'Union des Villes Taurines de France & l'Observatoire National des Cultures Taurines, ont signé mardi 17 Février une convention mettant en place un "Plan Triennal de Développement, Transmission et Défense Juridique des Cultures Taurines" dont le financement sur trois ans d'1 million d'euros, sera assuré par les contributions volontaires de toutes les parties prenantes.

[­20/2/15]


­­­­­­­­­Mundillo ­­
   Légalité d­e la tauromachie : l­e Conseil Constitutionnel légitime la corrida

­ ­ ­
En rejetant ce jour la QPC présentée par deux associations anti taurines, le Conseil Constitutionnel a définitivement tranché la légitimité de la corrida en France.

Déjà autorisée par la loi, déjà inscrite au Patrimoine Immatériel Culturel français et déjà confortée par la Jurisprudence définitive de la Cour de Cassation, la tradition taurine est donc désormais également conforme à la constitution, ce qui la rend incontestable du point de vue du droit.

Cette décision du Conseil Constitutionnel entérine donc juridiquement un fait culturel, confortant le statut de la corrida en France dans les régions de tradition ininterrompue, au nom de la diversité culturelle et de la liberté des populations concernées à perpétuer leur culture. Extraits : "le principe d'égalité ne s'oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à ce qu'il déroge à l'égalité pour des raisons d'intérêt général." et "en procédant à une exonération restreinte de la responsabilité pénale, le législateur a entendu que les dispositions du premier alinéa de l'article 521 1 du code pénal ne puissent pas conduire à remettre en cause certaines pratiques traditionnelles qui ne portent atteinte à aucun droit constitutionnellement garanti".

image : Photo des représentants UVTF et ONCT­
De gauche à droite : Reynald Ottenhof (Président de la commission juridique de l'ONCT, Guillaume François, avocat de l'UVTF, Geneviève Darrieussecq, Maire de Mont de Marsan et Présidente de l'UVTF, André Viard, Président de l'ONCT et Michel Dufranc, avocat de l'ONCT
­

L'Observatoire National des Cultures Taurines et l'Union des Villes Taurines Françaises qui ont plaidé de concert dans ce sens devant le Conseil Constitutionnel, se félicitent de cette victoire historique à laquelle il convient d'associer l'actuel gouvernement qui, pour les motifs ci-dessus invoqués, a lui aussi plaidé pour le rejet de la QPC.

"La reconnaissance par le Conseil Constitutionnel de la tauromachie comme fait culturel d'une partie des territoires qui composent la République Française renforce les élus locaux, que je représente ici", a déclaré Geneviève Darrieussecq, présidente de l'UVTF. "Dans sa sagesse habituelle, le Conseil Constitutionnel a fait preuve de tolérance et a montré son attachement à la diversité culturelle de notre pays."
" L'action de l'UVTF, avec l'Observatoire, a été décisive ; elle montre aussi que la défense de la tauromachie dépasse tous les clivages politiques puisque c'est le précédent gouvernement qui a inscrit la tauromachie au Patrimoine, et que l'actuel a énergiquement défendu son droit à exister. Par ailleurs, l'ensemble des Maires de l'UVTF défend la même cause, toutes couleurs politiques confondues."

Pour sa part, André Viard, président de l'Observatoire National des Cultures Taurines, qui l'an passé avait obtenu l'inscription de la tauromachie au Patrimoine culturel, a estimé que "cette décision fondamentale qu'aucun pays taurin n'avait encore prise, permettra à l'Observatoire de protéger les aficionados de la radicalisation croissante des groupuscules animalistes que l'avocat des associations anti taurines n'a pas hésité à évoquer pour tenter de convaincre le Conseil Constitutionnel du fait que seule l'abolition de la corrida permettrait de préserver l'ordre public. Qu'on en partage ou pas les valeurs, la corrida est désormais un droit incontestable qui fait l'objet d'un consensus important au niveau des principales formations politiques, et nous ne laisserons plus la communauté culturelle que nous représentons, être l'objet d'attaques xénophobes, ignobles et diffamatoires. Et nous allons attirer l'a ttention des medias sur le risque qu'il y a pour eux à cautionner ce climat de pogrom culturel entretenu à l'encontre de la communauté taurine. J'ajoute que, contrairement à une contrevérité assénée par les mouvements anti-taurins, et repris par tous les médias, le Conseil Constitutionnel est allé dans le sens d'une majorité de nos concitoyens ; Il est faux de prétendre que 80% des français seraient favorables à l'interdiction des corridas : un sondage réalisé par l'IFOP et publié le 20 Septembre 2012 par le Midi Libre montre tout au contraire que 52% des français sont favorables ou pas opposés à la poursuite des corridas. Ils sont même 61% à y être favorables ou pas défavorables dans les régions taurines. Tout cela conforte notre légitimité."

Commentant la décision, Michel DUFRANC, Avocat de l'O bservatoire et Guillaume FRANÇOIS, avocat de l'UVTF, intervenant auprès du Conseil Constitutionnel aux cotés de Maître PIWNICA, ont rappelé la stratégie procédurale mise en place ; bâtir un dossier solide juridiquement, éviter les effets de manche stériles et ne pas se servir du Conseil Constitutionnel comme d'une tribune partisane.
En soulignant d'autres exemples dérogatoires à la Loi, comme les abattages rituels, ou l'enseignement des langues minoritaires, les avocats ont rappelé que l'égalité devant la Loi ne signifiait pas l'uniformité.
Par ailleurs, le deuxième moyen des antis taurins a été balayé ; le texte n'est pas flou et c'est bien la Loi qui a défini l'exception reconnue à la « tradition locale ininterrompue », la jurisprudence des Cours d'Appel et de la Cour de Cassation ne venant que préciser, et non créer, les critères d'application de ces trois termes.

Cette décision devrait trouver un prolongement en Espagne dans les prochains mois, le Parlement devant y voter une loi l'initiative populaire présentée par plus de 600.000 citoyens, en vertu de laquelle la corrida serait inscrite au Patrimoine Culturel, ce qui permettrait au Tribunal Consti­tutionnel de déclarer inconstitutionnelle la loi abolitionniste votée l'an passé en Catalogne.


[­2­1/9/12]


­­­­­­Mundillo ­­
   Les défenseurs des cultures taurines commenteront la décision du Conseil constitutionnel­

­ ­
Suite à l'inscription de la tauromachie au patrimoine culturel immatériel de la France ­d­eux associations anti-taurines ont soulevé une Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC) relative aux dispositions de l'alinéa 7 de l'Article 521-1 du code Pénal, qui précise que la corrida bénéficie d'une dérogation à la loi de protection des animaux, dite Loi Grammont, lorsqu'elle est pratiquée dans des zones de tradition locales ininterrompue.
Le Conseil Constitutionnel a examiné cette QPC lors de son audience du mardi 11 septembre 2012 ; il rendra sa décision le vendredi 21 septembre 2012 à 10h. ­
image : Logo UVTF image : Logo ONCT

L'Observatoire National des Cultures Taurines ( ONCT ) et l'Union des Villes Taurines de France ( UVTF ) étaient parties intervenantes à cette procédure. Leurs avocats ont rédigé les mémoires dans l'intérêt du monde taurin et ont plaidé leurs arguments lors de l'audience du 11 septembre.
Contrairement aux associations anti-taurines qui ont voulu se servir de cette QPC comme d'une tribune politique, la stratégie arrêtée conjointement par l' UVTF et l' ONCT a toujours consisté à attendre sagement la décision du Conseil Constitutionnel avant de la commenter.

Madame Geneviève Darrieussecq, Maire de Mont de Marsan et Présidente de l'Union des Villes Taurines de France ( UVTF ) et Monsieur André Viard, Président de L'Observatoire National des Cultures Taurines ( ONCT ) convient les journalistes lors d'un point presse le vendredi 21 septembre 2012 à 11h pour commenter la décision qui viendra d'être rendue par le Conseil Constitutionnel.

[­18­/9/12]


­ ­Mundillo  ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­
   Présidence de l'UVTF pour Mont de Marsan
  ­

Geneviève Darrieussecq est devenue, au nom de Mont de Marsan, présidente pour trois ans de l'Union des Villes Taurines Françaises.
Avec un programme simple : "Le consensus pour assurer la sauvegarde de la tauromachie". ­
­Retrouver  ­la suite ici... ­
­[­02/12­/10]


­­­­­­­­­­ ­­­­­­­­­­­­ ­

 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus