Vous êtes ici : accueil > Tauromachies > Corrida portugaise

Corrida portugaise

­

La course portugaise ou corrida portugaise (tourada) est une forme de corrida à cheval, pratiquée essentiellement au Portugal et également dans le midi de la France.

Au Portugal, la mise à mort en public est interdite de facto depuis le XVIIe siècle, en droit depuis 1928 ; de plus, le picador est également interdit. De ce fait, la corrida à pied n'y est que marginale, la corrida à cheval constituant l'essentiel de la tauromachie portugaise. Elle est similaire à son homologue espagnole, qu'elle a d'ailleurs inspirée.

Durant la corrida, trois cavaliers affrontent chacun deux taureaux.

La corrida s'effectue en trois terso par torero.


Le premier terso

Le premier, le paseo, se déroule sans la présence du taureau ; les trois toreros montrent leur habileté à cheval, le plus souvent en recourant à des allures spectaculaires comme le "passage" ou la " levade".

 

Le deuxième terso

Le deuxième, le terso des banderilles, est le seul durant lequel le cavalier affronte le taureau. Le but est de placer le taureau puis déclencher la charge et de planter les banderilles (dont les piques sont plus courtes qu'en Espagne), pour mieux immobiliser le taureau. La charge du taureau est d'abord provoquée à droite avec des banderilles longues, puis avec des banderilles de plus en plus courtes, la pose de banderilles la plus difficile étant la pose "en violon", lorsque le torero déclenche la charge du taureau par la gauche et pose sa banderille de la main droite.

 

Le toisième terso

Le troisième terso est la pega effectuée par les forcados. Ceux-ci sont des équipes de jeunes gens qui se placent en file indienne face au taureau et déclenchent sa charge. Le premier forcado s'accroche entre les cornes, puis les suivants s'accrochent d'un bras au précédent et de l'autre bras prennent le taureau à bras-le-corps, alternativement à droite et à gauche, le dernier s'accrochant à la queue. Dans la corrida à pied, la mise à mort est également remplacée par la pega.

Après la pega, le taureau est ramené au toril puis, en principe, emmené à l'abattoir pour y être abattu ; parfois, il est ramené dans son élevage et soigné, afin de servir de reproducteur.

­

­­­­­­­­­­ ­­­­­­­­­­­­ ­

 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus