Vous êtes ici : accueil > Arènes du Plumaçon > Qui fait quoi ?

Le personnel des arènes du Plumaçon

L'alguazil :

À l'origine, c'est un agent de police qui, sous Philippe II avait pour mission de faire débarrasser l'arène de tous les spectateurs présents en piste avant que ne débute la corrida organisée sur la place publique.
Cette mission originelle s'accomplit symboliquement encore aujourd'hui par la présence des alguazils en tête du paseo après avoir effectué un tour de piste avant que les toreros ne pénètrent dans le ruedo.
Aujourd'hui, il est devenu dans le spectacle moderne le porte parole en piste de la présidence qui exerce l'autorité.
C'est lui qui remet les trophées (oreilles et queues) et qui s'assure que le spectacle se déroule conformément au règlement en vigueur.
Il a conservé le costume noir de l'époque de Philippe II avec courte cape, chapeau à plume à bords relevés.
Mont de Marsan et la famille Soldevilla sont indissociables. L'historique alguazil montois, Robert Soldevilla, a fêté sa despedida en 2008, au terme de 60 années ininterrompues d'alguazil des arènes, fait unique dans l'histoire de la tauromachie. La saga familiale continue avec son fils et son petit fils qui ont pris la relève de la dynastie, perpétuant ainsi la scénographie d'un paseo unique, marque de fabrique des arènes montoises.

Les torileros :

Personnels de piste chargé de manœuvrer les portes des chiqueros, ces box où sont enfermés les toros après le sorteo jusqu'au moment de leur sortie en piste.
Une équipe de deux personnes est nécessaire afin de manipuler de façon synchronisée la porte des chiqueros et la porte de la contre piste.
Véritable ballet, l'harmonie doit être parfaite afin d'éviter tout risque d'intrusion du toro dans le callejon, ou tout risque de demi-tour violent sur la porte en mouvement.
L'équipe des torileros montoise est riche de l'expérience des ses membres, expérience qui profite à de nombreuses arènes de la région faisant appel à ces véritables professionnels.


Les corraleros :

Il s'agit des mêmes personnels qui officient en tant que torileros, mais dans un rôle moins public.Cette équipe, sous la direction de Claude Laborde est alors chargée de toutes les manœuvres du bétail à l'intérieur des corrales (cour où sont parqués les toros jusqu'au jour de la corrida).
Ces torileros s'occupent des opérations de débarquement des toros qui arrivent aux arènes du Plumaçon par camion depuis leur élevage d'origine.
Les torileros sont chargés de faire avancer les toros jusqu'au corral qui leur est destiné en manœuvrant des portes coulissantes obligeant les animaux à avancer. Manœuvres délicates consistant à guider des fauves le plus doucement possibles, en évitant les accidents et les bagarres.
Après les opérations de sorteo (tirage au sort des toros), les corraleros manœuvrent chaque toro depuis le corral jusqu'au chiquero qui lui est affecté.
Au moment de la sortie de chaque toro, un corralero se charge de fixer la devise de l'élevage dans le morillo du toro ; cette opération s'effectue par une trappe située à la verticale de chaque chiquero.
Le corralero fixe la devise au bout d'un long bâton et la plante dans le morrillo de l'animal au moment même où celui-ci bondit en piste après l'ouverture des portes.

La musique :

La "banda de musica" des arènes rythme en premier lieu le paseo. Le paseo du Plumaçon est unique, par la chorégraphie de ses alguaziles et le célèbre air "Pan y Toros".
La musique intervient pendant les faenas de muleta sur ordre de la Présidence Technique, lorsque le niveau artistique le justifie.
Parfaitement en harmonie avec le torero et les passes qu'il donne, l'équilibre musical vient toujours sublimer la faena.
L' Orchestre Montois , sous la baguette de son chef, Michel Cloup, est la musique officielle du Plumaçon, forte de près de 60 membres. La variété de son répertoire, et le haut niveau artistique de ses prestations en font une musique officielle de référence dans le monde taurin français.


La banda :

A chaque arrastre (sortie des toros morts tirés par des mules vers l'abattoir), une banda festive joue des airs de fête jusqu'à la sortie du toro suivant. Ces bandas changent chaque jour afin d'offrir un large répertoire et des styles variés aux spectateurs.


Les areneros :

Personnel de piste chargé de l'entretien et de la remise en état du ruedo entre chaque toro.
Cette équipe est drivée depuis des décennies par Pierre Lamarque dit "Bouboule".
Ces personnels de piste sont chargés de remettre le sol en état après chaque lidia, en ratissant le sable, l'égalisant par endroit, enlevant le sable tâché de sang afin de remettre le ruedo en parfait état pour le combat suivant.
Ces hommes enlèvent les banderilles du toro mort avant qu'il ne soit arrastré.
Ils sont également chargés d'annoncer la sortie des toro au moyen d'un panneau indiquant les références de l'animal.
Ils distribuent également aux peones les banderilles.
Au Plumaçon, ils assurent la sortie à hombros des toreros ayant triomphé.


L'aumônier des arènes :

Le Père Dominique Espil, curé de la paroisse de Saint Perdon, a, depuis des années, la charge d'aumônier du Plumaçon.
Sa présence discrète dans un coin du patio de caballos rassure les toreros avant le paseo, et les conforte pendant toute la corrida.
Il bénit chaque année, en début de temporada, la chapelle du Plumaçon ainsi que la statue de sainte Madeleine qui veille sur les toreros en hauteur du patio de caballos.


L'arrastre :

Alain Diris dirige l'équipe des muletiers chargés de tirer (arrastrer) la dépouille des toros morts hors du ruedo.
L'animal est arrimé à deux superbes mules noires, arnachées de guirlandes et de grelots.
La sobriété et l'efficacité de l'arrastre rend toujours hommage aux qualités du toro combattus, en le tirant rapidement et dignement hors du ruedo, où en lui faisant effectuer une vuelta autour de la piste lorsque la présidence technique a accordé cette récompense à la bravoure et la noblesse de l'animal combattu.


Le concierge :

Il a pour fonction principale de surveiller l'entrée et d'accueillir et de renseigner les visiteurs, mais il assure aussi des tâches d'entretien pur que les arènes soient toujours agréables.
Il assure des visites gratuites sur rendez-vous toute l'année (05 58 75 06 09).
Il loge dans la conciergerie qui a été refaite en 1933 en même temps que les arènes.


­­­­­­­­­­ ­­­­­­­­­­­­ ­

 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus