Vous êtes ici : accueil > Tauromachies > Lexique Taurin

Lexique taurin

­


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


A

A hombros : sortie du matador sur les épaules (hombros en espagnol) de ses subalternes ou admirateurs après un combat exceptionnel

A porta gayola : suerte qui consiste à attendre l'entrée du taureau dans l'arène, seul agenouillé devant la porte du toril
Afeitado
: fraude qui consiste à épointer le bout des cornes du toro delidia afin de diminuer le danger de ses charges
Aficionado
: "amateur" en castillan. Personne qui a le goût, la passion pour quelque chose. En l'occurence ici, pour les taureaux. On classe traditionnellement les spectateurs en deux catégories : les toreristas, essentiellement attirés par l'art du matador, et les toristas, par les spectacle du taureau
Aguante
: faculté de certains toreros d'attendre et de recevoir impassiblement la charge du taureau
Alguazil
: policier de l'arène, chargé de faire appliquer le règlement taurin, sous l'autorité du président
Alternative
: cérémonie au cours de laquelle le novillero devient matador de toros.
Si l'alternative a été prise ailleurs qu'à Madrid, lorsque le nouveau matador vient pour la première fois dans la capitale espagnole, il doit la "confirmer" au cours d'une cérémonie identique à celle de l'alternative. Il en est de même au Mexique, pour les matadors n'ayant pas pris l'alternative à Mexico....
Apartado
: opération qui fait suite au tirage au sort (sorteo) et qui consiste à séparer les taureaux les uns des autres et à les placer un à un dans un chiquero
Apoderado
: fondé de pouvoir, impresario. Représente le matador et administre ses affaires
Apodo
: pseudonyme ou surnom de nombre de toreros. Ainsi El Cordobés (Le Cordouan), Gordito ("un peu gros mais pas trop"), Manolete ("Petit Manuel") etc.
Appuntillar
: emploi de la puntilla ou cachete, lame d'une quinzaine de centimètres qui permet d'achever l'animal à terre après l'estocade
Arenero
: membre du personnel de l'arène chargé de remettre la piste en état après chaque taureau
Arrastre
: train de mules qui traînent hors de la piste la dépouille du taureau
Aviso
: avertissement donné par le président au matador lorsque la faena dépasse le temps réglementair



B

Banderilles : bâtonnets ornés de papiers de couleur et munis de harpons
Banderillero : torero (peón ou matador) chargé de poser les banderilles
Bajonazo : estocade que le torero effectue trop bas
Barrera : barrière de bois qui sépare la piste (ruedo) du couloir (callejón). Désigne également le premier rang des gradins
Becerrada : corrida d'apprentissage, sans picador ni mise à mort, au cours de laquelle de jeunes apprentis toreros affrontent des veaux (becerro en espagnol)
Becerrista : jeune apprenti torero qui affronte des becerros au cours de becerradas
Becerro : jeune taureau de moins de trois ans
Bravo (étymologiquement sauvage) : adjectif qualifiant un taureau plein de bravoure, d'instinct offensif
Bravoure : instinct offensif du taureau, qui charge longuement, la tête basse. Elle se révèle le plus clairement sous la pique. Le taureau bravo (courageux) s'oppose au manso
Brindis : geste de dédicace par lequel le matador offre la mort du taureau au public, à une personne, un groupe, une entité ou un mort
Bronca : manifestation bruyante du public en signe de désapprobation ou mécontentement. La bronca s'adresse indifféremment au matador ou aux peones de sa cuadrilla. Le matador est principalement visé lorsqu'il manque l'estocade plusieurs fois, les picadors, lorsque les piques sont trop longues ou appuyées.
Les spectateurs mécontents crient, sifflent, etc. On en voit parfois jeter des bouteilles en piste. Un tel geste reste condamné par les aficionados. Parfois la réaction est pire pour le matador que la plus forte des broncas : le silence.
Certains néophytes croient que la coutume veut que le picador soit sifflé dès son entrée en piste. Or aucune coutume de ce genre n'existe.
La bronca peut aussi s'adresser à l'éleveur, à la présidence ou aux organisateurs de la course.


C

Cabestros : bœufs dressés utilisés pour accompagner les toros de lidia aux arènes le jour de la corrida, lorsque le corral n'est pas attenant
Callejón : couloir circulaire séparant la barrière (barrera) des gradins
Caparaçon (en espagnol peto) : protection du cheval de picador, utilisée depuis 1928
Capea : forme de corrida dans laquelle les toreros combattent une vache pour s'entraîner, sans caractère officiel et sans mise à mort
Capotazo : passe de capote réalisée par le torero pour attirer ou désorienter le taureau
Capote : cape du torero. Elle est "de paseo" si elle est de soie brodée et ne sert qu'au défilé improductif du début. Elle est "de brega", de travail, si elle est de soie rose et de percale jaune, et sert au matador dans les deux premières phases (tercios) de la corrida et à ses peones pendant toute la course (différent de la muleta)
Cartel : affiche annonçant le programme d'une corrida. Désigne aussi le plateau de vedettes d'une course, hommes et fauves
Caste : synonyme de race. Un taureau est dit "de caste" lorsqu'il possède toutes les qualités physiques et morales de la race
Chapelle : dans toutes les arènes ou presque existe une chapelle permettant aux toreros qui le désirent d'aller se recueillir avant la corrida
Chef de lidia : le plus ancien des matadors est appelé "jefe de lidia". Cela n'est pas seulement un titre honorifique : au cas où un autre matador serait blessé, le chef de lidia aurait la charge de son taureau
Chiquero : compartiment constitutif du toril, dans lesquels les taureaux sont enfermés avant le début de la corrida
Cite (de citar appeler) : geste d'appel parfois accompagné de la voix, par lequel le torero attire l'attention du taureau et provoque sa charge sur le leurre
Clarines : sonnerie des clairons
Cogida (de coger prendre) : accrochage du torero par les cornes du taureau, que celles-ci pénètrent ou non sa chair. Si c'est le cas, il s'agit d'une cornada
Coleta : mèche de cheveux que les toreros laissaient pousser derrière la tête en signe distinctif de leur profession. Aujourd'hui postiche. Se couper lacoleta signifie arrêter la profession de torero
Cornada : encornade, coup de corne du taureau avec pénétration dans la chair du torero
Corral: cour ouverte et attenante aux arènes où sont parqués les taureaux les jours qui précèdent la course
Corrida : terme générique des tauromachies espagnoles. S'emploie aussi pour désigner les combats avec des taureaux adultes, par opposition aux novilladas
Corrida de rejón : corrida dans laquelle le taureau est combattu par un cavalier, le rejoneador
Course landaise : tradition tauromachique gasconne sans mise à mort
Course portugaise : forme de corrida à cheval sans mise à mort
Cruz (croix) : point exigu situé entre l'épaule et l'épine dorsale, visé parle matador pour tuer le taureau de son épée
Cuadrilla : ensemble des assistants du matador, banderilleros et picadors



D

Descabello : coup de grâce donné au taureau à l'aide du verdugo, épée spéciale
Despedida : faire ses adieux. Du castillan despedida : prendre congé. Mot emprunté au vocabulaire tauromachique ibérique. Cérémonie solennelle, au cours de laquelle le torero prend congé de tous les aficionados car il a décidé de ne plus fouler le sable des arènes et de quitter ses activités tauromachiques
Despejo (débarras) : autrefois, lorsque le public avait accès à la piste avant la corrida, évacuation de l'arène ou de la place publique par les alguazils avant le début du spectacle ; de nos jours, ensemble des figures de haute-école fait par les alguazils avant le paseo, survivance de l'évacuation originaire
Desplante (insolence, provocation) : geste de défi exécuté par le torero devant le taureau, à la fin d'une série de passes ou de la faena
Devise : ensemble de rubans aux couleurs de l'éleveur que l'on plante sur le dos du taureau à sa sortie du chiquero

E

Écarteur: torero de la course landaise (coursayre en gascon)
Empresa : direction de l'arène, organisateur de corridas
Encierro (action d'enfermer) : mise au toril, parfois précédée d'un lâcher des taureaux dans un périmètre barricadé à travers les rues d'un village ou d'une ville. Peut désigner également le lot de taureaux destiné à la corrida
Eral : jeune taureau de plus d'un an et de moins de deux ans
Escalafón : classement annuel des matadors
Escalot
(petite échelle, en gascon) : classement des matadors,d'après le nombre de corridas auquel ils ont participé et le nombre de taureaux tués, les ex-aequo étant départagés par le nombre d'oreilles et de queues coupées
Espantada : fuite du torero devant le taureau
Estocade : coup d'épée par lequel le matador met le taureau à mort

F

Faena (travail) : troisième tercio, au cours duquel le matador affronte le taureau avec muleta et épée
Faja : large ceinture en soie et en principe de la même couleur que la pañoleta, constitutive de l'habit de lumières. Désigne également la ceinture des gaúchos en Amérique Latine
Farpa : sorte de banderille posée au premier tercio d'une corrida de rejón. Son manche est beaucoup plus long que celui des banderilles utilisées dans la corrida à pied (1,60 mètre environ contre 80 cm environ)
Feria : fête organisée dans des villes du sud de la France et en Espagne, avec des corridas quotidiennes
Figura : matador vedette, classé dans les premières places de l'escalafón. Les figuras font jusqu'à une centaine de corridas dans l'année,alors que beaucoup de matadors n'en font qu'une ou deux
Forcado : membre d'une équipe réalisant la pega dans une corrida portugais

G

Ganadería : élevage d'où proviennent les taureaux de lidia
Ganadero : éleveur de taureaux
Genio : signe de l'instinct défensif du taureau, qui charge avec hésitation, en relevant la tête

H

Habit de lumières : la tenue des toreros est appelée "habit de lumières", traduction - trop - littérale de l'espagnol "traje de luces". Une meilleure traduction serait "habit de paillettes". Le costume est de tissu broché de soie, de couleur unie, brodé de paillettes et de fils d'or ou d'argent qui le rendent si scintillant. Il se compose d'une courte jaquette cintrée (chaquetilla), d'un gilet (chaleco) qui laisse apercevoir une chemise blanche à petits volants plissés, et d'une culotte courte très ajustée (taleguilla). Ce costume est complété par des escarpins (zapatillas) légers, de bas de soie clairs, de couleur rose, et d'une ceinture (faja) de soie rouge. La tête du torero est coiffée d'un couvre-chef spécifique, la montera
Hierro (fer) : marque distinctive de l'élevage que le taureau porte à la cuisse droite

I

Indulto : grâce accordée au taureau en reconnaissance de sa bravoure exceptionnelle. L'indulto est ordonné par le président avant l'estocade en présentant un mouchoir orange

L

Leurre : muleta ou cape (capote)
Lidia : combat, ensemble de rencontres entre un taureau et les toreros. Elle se compose de trois tercios, c'est-à-dire trois actes

M

Mano a mano : corrida au cours de laquelle deux matadors combattent trois taureaux chacun
Mansedumbre : docilité du taureau manso
Manso : adjectif qualifiant un taureau sans bravoure, de peu de caste et qui refuse le combat. S'oppose au taureau bravo
Marque : outil en fer servant à marquer à chaud les bovidés. Empreinte laissée par cet outil sur la cuisse ou le flanc de l'animal. Synonyme : Fer
Matador : personnage central de la corrida, chef de la cuadrilla, réalisant la faena et chargé de tuer le taureau
Mayoral : intendant ou régisseur du ganadero (éleveur de taureaux). Il dirige les vaqueros et accompagne les taureaux de l'élevage aux arènes. Il représente le ganadero aux courses
Monosabio : membre du personnel de l'arène, chargé d'aider le picador et le cheval en piste
Montera : toque en astrakan, coiffe du matador. La montera est ainsi nommée en hommage à Francisco Montes, dit "Paquiro", matador qui en a imposé l'usage
Morillo : haut du cou du taureau
Mozo de espadas ("valet d'épées") : assistant du matador, pendant et en dehors du combat
Muleta : leurre en drap de serge rouge utilisé par le matador durant la faena
Mulillero : membre du personnel de l'arène chargé de l'arrastre
Mundillo : milieu de la tauromachie, avec tout ce qu'il compte de ganaderos, apoderados,  journalistes taurins, toreros etc.

N

Novillada : combat opposant de jeunes taureaux (novillos) à de jeunes toreros (novilleros)
Novillero : matador débutant, n'ayant pas encore reçu l'alternative
Novillo : jeune taureau âgé de deux à trois ans (syn. utrero), lidié dans les novilladas

O

¡ Olé ! : interjection du public, en signe d'encouragement du matador

P

Palco : dans les arènes espagnoles (et celles construites sur le modèle espagnol comme celles de Béziers), gradins situés coté sombra derrière les tendidos ("gradins découverts") et légèrement surélevés par rapport à ceux-ci, abrités sous les andanadas ("gradins supérieurs") ou sous un toit (côtés sol et sol y sombra, cette partie des gradins est appelée gradas) ; au singulier, désigne la loge présidentielle et par métonymie la présidence elle-même
Palo : bâton sur lequel est montée la muleta
Pañoleta : cravate en soie de couleur vive, constitutive de l'habit de lumières
Paseo : défilé d'ouverture d'une corrida ou novillada
Passe : pour un torero à pied, action d'appeler le taureau sur un leurre, capote ou muleta, de le faire courir et passer le long de son corps
Pega : dernier acte de la corrida portugaise, au cours duquel les forcados s'agrippent au taureau pour le reconduire au toril
Peña : association d'aficionados
Peón : torero subalterne à pied, chargé d'assister le matador
Picador (synonyme piquero) : cavalier dont le rôle consiste à piquer le taureau lors du premier tercio
Pique : action de piquer le taureau et instrument utilisé pour piquer
Président : dirigeant d'une corrida. Il dispose d'un mouchoir blanc pour accorder une oreille, d'un vert pour renvoyer un taureau défectueux, d'un bleu pour demander un tour de piste de la dépouille d'un taureau exceptionnel
Pueblerino ("villageois") : qualifie un matador que son manque de talent condamne à ne fréquenter que les arènes de villages ; qualifie également le style de certains matadors, spectaculaire mais grossier, apprécié par les publics peu connaisseurs, notamment ceux des villages ; qualifie également ces publics peu connaisseurs (on peut toutefois préciser que dans nombre d'arènes de villages, on trouve une importante frange de spectateurs "connaisseurs", et qu'à l'inverse, dans toutes les arènes de villes importantes, on trouve une large part de spectateurs locaux qui, ne se rendant à la corrida qu'une fois dans l'année dans leur ville de domicile, sont de parfaits pueblerinos)
Pundonor : sens de l'honneur, rigueur morale du matador
Puntilla : poignard utilisé pour achever le taureau après l'estocade
Puntillero : peón chargé d'achever le taureau à l'aide d'une puntilla
Puya : pointe d'acier en extrémité de la pique. Pyramide triangulaire, elle est munie à sa base d'un butoir destiné à en limiter la pénétration

Q

Quite : intervention d'un torero visant à écarter la charge du taureau d'un autre torero en danger ou du picador

R

Regatón : extrémité du manche de la pique
Rejón : javelot avec lequel le matador estoque le taureau lors d'une corrida de rejón
Rejoneador : matador combattant à cheval dans une corrida de rejón
Revistero : journaliste taurin spécialisé
Ruedo : piste couverte de sable dans une arène où se déroule le combat

S

Sauteur : torero de la course landaise (coursayre en gascon)
Semental : taureau reproducteur mâle
Sentido : un taureau de sentido est un animal avisé, qui "comprend" et pourra chercher à atteindre le torero
Sitio : lieu géométrique parfait qui déclenche la charge du taureau et où l'homme se doit de l'attendre avant de l'esquiver
Sobrero : désigne le taureau de réserve, utilisé seulement si l'un des six animaux prévus ne peut être combattu
Sorteo : tirage au sort déterminant la répartition des taureaux entre les matadors
Suerte : séquence de combat, action

T

Taleguilla : culotte constitutive de l'habit de lumières, resserrée au dessus du genou à l'aide de cordons tressés, les machos, eux-mêmes agrémentés de glands, les caireles
Temple : rythme où l'homme s'accorde à la perfection au rythme de la charge du taureau
Temporada : saison des corridas. La temporada taurine débute en mars et s'achève en octobre en Europe
Tercio : nom générique de chacun des trois actes de la corrida
Tienta : épreuve de sélection des vaches et taureaux reproducteurs, parents des taureaux de lidia
Toreo : manière, technique et art de toréer, de "jouer" avec le taureau
Torerista : spectateur essentiellement attiré par l'art du matador
Torero : celui qui affronte le taureau lors d'une corrida, qu'il soit matador ou membre de la cuadrilla
Toril : lieu des arènes où l'on enferme les taureaux avant la course. Possède une double entrée-sortie : une sur la piste, l'autre sur l'embarcadère
Torilero : employé des arènes chargé de l'ouverture et de la fermeture des portes du toril
Torista : spectateur essentiellement attiré par le spectacle du taureau
Toro de fuego : feu d'artifice tiré à partir d'un taureau postiche mobile parodiant la corrida
Toro de lidia : race bovine espagnole de taureaux de combat, âgés d'au moins quatre ans
Trapío : envergure physique et fougue du taureau
Tremendiste : matador pratiquant le tremendisme, attitude risquée qui consiste à affronter le taureau sans avoir pris le temps d'étudier son comportement et en faisant une faena basée sur des passes spectaculaires et dangereuses
Trophée : récompense qui peut être accordée par la présidence au matador si la faena est satisfaisante : une oreille si le public en manifeste le souhait (en agitant notamment un mouchoir blanc), deux oreilles ou les deux oreilles et la queue, sur le seul jugement du président. Le trophée est remis immédiatement à la fin de chaque combat
Tumade : coup porté par la vache à l'homme lors d'une course landaise
Turista : public de corrida occasionnel ou étranger

U

Utrero : jeune taureau âgé de deux à trois ans (syn. novillo)

V

Vara : hampe en bois de hêtre constituant le corps de la pique. Elle est d'un diamètre de l'ordre de 4 cm et d'une longueur d'environ 2,60 m. La puya est fixée à son extrémité. "Tercio de pique" se dit "tercio de varas" en espagnol
Varilarguero : ancêtre du picador, personnage central de la corrida jusqu'au milieu du XVIII e siècle
Verdugo : épée spéciale servant au descabello
Véronique : passe de capote
Vuelta : tour de piste qu'accomplit le torero avec l'assentiment et les applaudissements du public

Z

Zapatillas : chaussures légères du torero


 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus