Affiche Madeleine 2019

Le ­ message de Domongo Zapata pour les fêtes de la Madeleine 2019.
­
image : Affiche des cartels de la Madeleine 2019

­

Domingo Zapata nous offre "sa" vision des fêtes de la Madeleine


Pour succéder au grand Botero, Mont de Marsan s'est tournée vers Domingo Zapata dont les œuvres se sont affichées dans le hall du nouveau One World Trade Center, à la Biennale de Venise, sur les murs de Miami, dans la cathédrale de Palma de Majorque ou sur les écrans géants de Times Square à New York. Entre deux voyages, "le nouveau Andy Wharol" a pris le temps de nous expliquer son parcours.

Domingo Zapata, artiste contemporain à l'esthétique graphique colorée qui expose dans le monde entier, a accepté de signer la très attendue affiche des Fêtes de la Madeleine 2019. Ce natif des Baléares a baigné depuis son enfance dans la peinture : "Mon père était peintre carrossier et aussi loin que remontent mes souvenirs, j'ai toujours était entouré de couleurs". Après des études de commerce aux États-Unis, il travaille comme trader à Wall Street puis dans l'industrie de la musique mais choisi au final de se consacrer pleinement à l'a rt :"J'ai regardé mon parcours, ce que j'avais accompli et je me suis rendu compte que j'avais toujours voulu peindre, que c'était mon rêve !"


Une première expo réussie

En 2004, il expose pour la première fois ses peintures et rencontre un vif succès auprès du public : "Je n'avais pas d'autres choix que de continuer à travailler pour me faire un place sur le marché de l'art. Et pas seulement à New-York où je vis, mais aussi en Europe et à travers le monde". Depuis, il partage son temps entre New-York, Miami et Hollywood où il a installé ses ateliers. C'est là qu'il peint et sculpte, au son d'opéras et de musique flamenco : "J'aime L'élixir de l'amour chanté par Pavarotti et les bulerias entre Camaron de la Isla et Paco de Lucia". Il compose à la peinture acrylique et à l'huile, et imagine des œuvres dans lesquelles il incorpore des collages et des graffitis. Il explore différents thèmes comme l'opulence, la sexualité, la vitalité, qui deviennent sa marque de fabrique. Élu "artiste à voir" en 2011 par le prestigieux "Whitewall Magazine", Zapata est au comble de sa renommée et ses œuvres décorent les villas des peoples (Lady Gaga, Johnny Depp, Kim Kardashian, Adrian Brody ou Scarlett Johansson). Publié dans de nombreux magazines (The New York Times, Vanity Fair, New York Observer...), le New York Post le proclame comme "le nouveau Andy Wharol de ce siècle". Ce touche à tout n'a de cesse d'explorer de nouveaux horizons et s'est lancé dans la mode tout en publiant son premier roman.


Le toro : une passion d'enfant

Artiste confirmé et reconnu, Domingo Zapata n'hésite pas à revendiquer son attachement à la tauromachie : "Il faut du courage pour affronter la faim, la solitude, le chômage, pas pour défendre une coutume historique". Une passion qui remonte à l'enfance quand il accompagnait son père lors des corridas locales : "Je suis tombé amoureux de la corrida quand j'étais tout petit, et c'est certainement pour cela qu'aujourd'hui, je représente le toro comme le dessinerait un enfant". Même si ça fait 20 ans qu'il habite à New York, il a de nombreux toreros comme amis (Sébastien Castella, Enrique Ponce, Juan José Padilla... ) et se sent aficionado dans l'âme : "Je suis toujours aussi fasciné par la culture tauromachique, le toro, les costumes, la musique, les couleurs, la liturgie de la corrida".


Lien vers : ­ www.dzapata.com/




 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus